Vous êtes ici : Accueil Nos actions pour la biodiversité Petit gibier Repeuplements Mener une action de repeuplement pour le faisan
Actions sur le document

Mener une action de repeuplement pour le faisan

Comment obtenir des subventions pour une action de repeuplement pour le faisan dans le Haut-Rhin et conseils pour réussir les lâchers.

Conditions pour pouvoir bénéficier de la subvention

Prévoir 3 m² par oiseau à l’intérieur de la volière, l’idéal étant 200 m² pour 50 à 60 oiseaux. Le calcul de la subvention se fera de la façon suivante : 1 oiseau par 3m² de volière et par lâcher.

  • Vos volières actuelles peuvent bien-sûr être réutilisées, même si elles sont de conception ancienne. Il en va de même pour les petites volières disséminées sur votre lot de chasse.
  • Seuls les faisans subadultes (8 à 14 semaines) sont concernés par cette opération. Les animaux adultes sont exclus.
  • Votre Fédération subventionne vos opérations de réintroduction à hauteur de 1,80 € par oiseau subadulte.
  • Vous avez la possibilité d’être subventionnés pour deux lâchers successifs qui devront intervenir avant le 15 septembre.
  • Comme par le passé, votre demande devra transiter par votre Président de GIC. Celui-ci se chargera de centraliser les demandes et de nous les transmettre avant le 31 mai, dernier délai.
  • La même façon de procéder est reconduite pour l’envoi de vos factures qui devront arriver à la Fédération des Chasseurs pour le 15 septembre au plus tard.
  • Toute facture ou fiche individuelle arrivée à la Fédération au-delà de ces dates sera rejetée. De même, toute demande ou facture n’ayant pas été transmise par votre Président de GIC vous sera directement retournée.

Télécharger la demande de subvention au format PDF (105 ko)

Quelques conseils pour réussir vos lâchers

  • Soyez attentifs à la qualité des oiseaux vendus par l’éleveur (état sanitaire, degré d’imprégnation, qualité du vol).
  • Prévoyez une volière adaptée à vos besoins, construisez là plus longue que large. Respecter la règle des trois tiers :
    • prévoyez 1/3 d’espaces enherbés et de cultures de céréales,
    • 1/3 de buissons pour permettre aux oiseaux de se dissimuler, et un dernier tiers en zone boisée pour que les faisans puissent se percher.
    • Enfin pensez à aménager une petite zone de sable fin pour permettre aux oiseaux de se pouiller. Pensez également à les habituer à la nourriture qu’ils devront trouver à l’extérieur de la volière : agrainez les toute l’année avec du blé, du maïs concassé, de l’orge, de l’avoine. Et point important, veillez à la quantité et à la qualité de l’eau.
  • Pour donner toutes les chances de réussite à votre action, vous devez bien-sûr posséder un biotope favorable. Aussi, les cultures à gibier et les jachères environnement faune sauvage (JEFS) sont là pour vous y aider. Les cultures sont indispensables afin d'assurer un couvert et une nourriture échelonnée sur toute l’année. Gardez à l’esprit que vos cultures doivent être un palliatif aux carences du milieu. Il est donc inutile de mettre en place une culture déjà largement représentée.
    • Le nourrissage devra assurer la conservation des qualités innées de l’oiseau : grattage, recherche au sol, exploration de la végétation basse.
  • Plus vous disposerez de points de nourrissage, plus vous limiterez l’esprit de compétition entre les oiseaux, et moins les oiseaux se disperseront.
  • Enfin, vos faisans doivent bénéficier d’apports énergétiques et protéiniques suffisants toute l’année. Ces besoins pourront  être couverts par un choix judicieux des espèces végétales implantées. Pensez en outre à la mise en place de cultures pourvoyeuses d’insectes pour les faisandeaux qui naîtront dans les années futures. Des tas de copeaux de bois placés en volière ou sur le terrain peuvent jouer ce rôle.
  • Le service technique de votre Fédération est là pour vous conseiller dans le choix de cultures les plus opportunes, n’hésitez pas à le contacter.
  • Pensez à mettre l’accent sur le piégeage et le tir des nuisibles qui peuvent mettre en péril tous vos efforts.
  • Enfin, pensez à raisonner vos prélèvements, surtout les premières années. Epargner les poules et tirer les coqs ne sert à rien. Pour que la reproduction soit une réussite, une densité suffisante d’animaux est indispensable : 1 coq pour 3 à 4 poules en moyenne.
  • Essayer de quantifier le degré de réussite de vos opérations année après année : nombre de coq chanteurs en mars -avril, battues à blanc, etc.

Les autre subventions accordées par la Fédération des Chasseurs.

  • Votre fédération vous aide pour la construction de vos volières de pré-lâcher et de reproduction. Les critères d’éligibilité sont une hauteur de 2,50 m et une surface moyenne de 60 m². Pensez à consulter le service technique pour toute demande de ce type.
  • Les JEFS et les cultures à gibier bénéficient également de subventions. Consultez là encore le service technique de votre fédération.
  • Enfin, la mise en place d’une haie à vocation cynégétique permet encore d’améliorer l’effet des cultures classiques en procurant nourriture, couvert et refuge anti-prédateur. Parlez-en à votre Fédération.