Vous êtes ici : Accueil Actualités A propos des morts de merles noirs dans le Haut-Rhin,le virus USUTU
Actions sur le document

A propos des morts de merles noirs dans le Haut-Rhin,le virus USUTU

Au début du mois d’août 2015, le réseau SAGIR a enregistré une mortalité anormale de merles noirs dans le département du Haut-Rhin (15-20 animaux sur 10 jours sur la même commune). Deux oiseaux ont fait l’objet d’un examen nécropsique au sein du laboratoire départemental d’analyses vétérinaires, ils présentaient une hépatomégalie et une splénomégalie, compatibles avec une infection virale. Des mortalités similaires ayant été rapportées dans les pays voisins, associées à un virus appelé Usutu, des prélèvements ont rapidement été envoyés au laboratoire national de référence de l’Anses. 2 merles ont été analysés par RT-PCR et ont été trouvés positifs pour un virus de la famille des flavivirus. Le séquençage de ce virus a permis de confirmer la présence du virus Usutu. Il s’agit de la première détection en France. Le virus Usutu a été identifié en Europe pour la première fois en Italie en 1996 et a rapidement diffusé en Europe centrale : il a été notamment mis en évidence en Hongrie (2005), Suisse (2006), Allemagne (2011, mais présent chez des moustiques collectés en Allemagne dès 2010), République Tchèque (2011) et Belgique (2012) (Ziegler et al, 2015).

 

Le virus USUTU, du nom de la rivière éponyme (Afrique du Sud) où il a été isolé chez un moustique pour la première fois en 1959 est un virus appartenant au même genre que le virus West-Nile. Ce virus circule cycliquement entre moustiques ornithophiles et oiseaux ; il n’infecte les mammifères qu’accidentellement. Le virus Usutu est responsable de mortalités anormales dans l’avifaune, principalement chez les petits passereaux autochtones et en particulier le merle noir et les chouettes. Des troubles nerveux centraux peuvent également être observés (http://youtu.be/ojcTNroppjo).

 

Il est important de noter que le virus Usutu semble beaucoup moins pathogène pour les mammifères, et en particulier l’Homme, que le virus West Nile. Les précautions d’hygiène habituelles sont suffisantes pour manipuler les oiseaux trouvés morts sur le terrain.

 

Afin de comprendre la diffusion de ce virus sur le territoire, nous serions intéressés par vos retours sur de la mortalité anormale de chouettes et de passereaux (merle noir, mésanges, moineau domestique, rouge-gorge, étourneau sansonnet) pour laquelle aucun diagnostic n’a pu être posé, depuis 2011.

Il est également essentiel, à la lumière de ces nouveaux éléments d’inclure les infections au virus Usutu dans le diagnostic différentiel des mortalités anormales et des troubles nerveux de passereaux et de chouettes.

 

Nous restons à votre disposition si vous souhaitez des compléments d’information.

 

Cordialement

 

Anouk DECORS

Responsable scientifique - Réseau SAGIR

Unité sanitaire de la faune

Direction de la Recherche et de l'Expertise

01 30 46 60 40

06 82 65 85 61

anouk.decors@oncfs.gouv.fr